Covid-19 : retour aux 11 pathologies

COVID-19 :
retour aux 11 pathologies

Le Conseil d’Etat ayant invalidé le Décret N°2020-1098 du 29 août 2020 fixant une liste de 4 pathologies pour la reconnaissance des personnes vulnérables à la COVID-19, ce sont de nouveau les 11 pathologies (voir liste ci-dessous) définies initialement en mai 2020 qui sont, aujourd’hui et ce jusqu’à la parution d’un nouveau décret, à prendre en compte.

A noter , concernant la FONCTION PUBLIQUE :  
Le télétravail doit être favorisé pour toutes les personnes vulnérables. Lorsque le télétravail est impossible, vous êtes placé en autorisation spéciale d’absence (ASA). Vous devez, pour cela, remettre à votre employeur un certificat d’isolement établi par votre médecin ou le service de médecine préventive (médecin du travail) .

Si vous vivez avec une personne considérée comme vulnérable, et si le télétravail est impossible, vous êtes placé en autorisation spéciale d’absence.

Pour rappel , les personnes vulnérables peuvent bénéficier de 10 masques par semaine en pharmacie, à la condition qu’ils soient prescrits par un médecin.

covid-19 : PERSONNES VULNERABLES LE GOUVERNEMENT DEBOUTÉ

Vous êtes donc considéré comme vulnérable si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes :

– Être âgé de 65 ans et plus ;
– Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
– Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
– Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment ;
– Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
– Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
– Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
– Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
– Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
– Être au troisième trimestre de la grossesse.

Être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :
– médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
– infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
– consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
– liée à une hémopathie maligne en cours de traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *